Cabinet de coaching et formation

L’ombre d’un Doute

Par magali thoraval 1 mars 2017 dans Puissance individuelle
0
1

Et tout à coup, le doute surgit ! Avez-vous remarqué ? :

  • Votre réunion se termine avec un plan d’actions clair. Puis quelqu’un pose une question. Et tout à coup, le plan vacille !
  • Votre coaching se termine. Et tout à coup, vous vous demandez si vous avez bien tout évoqué, tout travaillé ?
  • Votre auditoire est captivé. Vous remarquez un regard dubitatif dans l’auditoire. Et tout à coup,un courant d’air glacial passe dans votre dos.

Nous, coaches, nous connaissons bien le Doute. Il est très souvent présent dans nos séances avec nos clients, Doute visible ou pas, Doute bruyant ou silencieux. Alors, nous avons eu envie de l’interviewer, ce Doute. Pour mieux le saisir et l’apprivoiser.

Bien sûr, en lisant cette interview, vous pourrez douter de cette initiative. A quoi sert-elle ? Est-elle fiable ?…

Quelques extraits choisis de notre interview d’un Doute afin de mieux le comprendre :

Coach : « A quoi vous voit-on ? »

Doute : « Je suis invisible, quelle idée ! C’est bien à cela qu’on me voit. Je ne suis jamais là où on m’attend, notamment lorsque :

  • Vous observez que votre coaché tarde à répondre à votre question et semble si peu assuré de sa réponse, je suis là. Comme par exemple quand Alexandre dit « Je pense qu’éventuellement je pourrais voir mon rôle de manager comme un chef d’orchestre mais sans baguette, enfin, vous me comprenez… »
  • Votre coaché s’enlise dans ses réponses comme Laurent qui finalement, à la question de ses projets de carrière, parle de ses équipes auxquelles il doit d’abord penser, de leur développement, tout en disant qu’il ne veut plus être manager mais que cela dépend aussi de ce qu’en pense sa hiérarchie… »
  • Votre coaché réalise qu’il reçoit en permanence des doubles messages dans son travail comme Lise qui travaille dans l’évènementiel, à qui on demande d’être créative mais, parce qu’elle n’est pas issue du sérail, s’entend dire que ses suggestions sont inappropriées.
  • Votre coaché vous livre des propos contenant d’incroyables paradoxes, par exemple Pietro « je veux que mes équipes prennent des initiatives MAIS je je vais être au courant de tout.»

Coach : « Comment vous installez-vous chez les gens ?

Doute : Très facilement.

  • L’endroit idéal est la complexité, surtout lorsque vos clients se mettent à essayer de la comprendre. Prenez une collaboration difficile entre différents départements. Avez-vous remarqué que souvent vos clients tentent d’analyser, de simplifier pour trouver la solution à chaque micro-problème mais que rien ne se résout ? C’est ce qui s’est passé quand ce DSI a voulu comprendre pourquoi la mise en ligne de son site e-commerce prenait tant de retard. Il a analysé les causes techniques et humaines pour proposer des solutions. Plus il cherchait, plus il trouvait des problèmes et plus il prenait du retard. C’était un boulevard pour moi, car tout le monde s’est mis à douter de la mise en route du site e-commerce et des compétences du DSI.
  • Le stress est également un puissant attracteur : vos clients sont dépassés par le temps, et piégés dans la roue du hamster. Ils n’ont ou ne prennent plus le temps de se préparer, ils survolent certains sujets et là j’ai toute la place pour m’installer. L’exemple que j’ai en tête est celui d’Arianne qui, submergée par les questions juridiques posées par les managers de son entreprise, n’avait plus le temps de vérifier les informations. Elle cumulait les erreurs au point de remettre en question ses compétences juridiques et son avenir dans ce métier.
  • D’autres moments très propices à ma venue sont lorsque les gens s’interrogent sur tout, tout le temps. Ils imaginent comment ils pourraient faire, comment il pourraient éviter telle ou telle difficulté. Vous pouvez les entendre dire : « pour travailler avec lui, je pourrais lui donner toutes les informations, mais va-t-il jouer le jeu ? » ou « comment se fait-il que lors de ma présentation, je n’ai pas eu beaucoup de questions ? Est-ce que j’ai été à la hauteur ? Est-ce qu’ils ont aimé ce que j’ai fait ? … » Dans ce type de situation, je m’invite très facilement. »

Coach : « Quels sont les moments où c’est plus difficile pour vous ?

Doute : Soyons honnête, parfois c’est dur de trouver ma place, là je dois m’accrocher  lorsque :

  • Votre coaché connait bien son sujet par exemple, s’il s’est bien préparé pour une présentation.
  • Les personnes choisissent de consacrer un juste temps à la réflexion et savent aussi agir, dans la foulée, pour tester leurs idées.
  • Les gens ont confiance en eux-mêmes car ils savent se rappeler qu’ils sont compétents pour faire les choses et qu’ils les ont déjà faites.
  • Parfois, vos coachés parlent de leurs difficultés, qu’ils en discutent avec vous ou avec leurs pairs, qu’ils demandent et savent recevoir des feed-back»

Coach : « Quelles sont vos intentions pour les gens ?

Doute : Ni bonnes, ni mauvaises.

  • Je ne sais globalement pas trop quoi faire de moi. Mais je vois bien que je peux être un empêcheur de tourner en rond avec des millions de questions ou d’objections grâce auxquelles je prends vie.
  • J’apprécie de rendre difficile les relations de collaboration entre les gens.
  • Et je peux être également moteur pour avancer dans le travail, pour être plus exigeant et rigoureux.
  • J’ouvre de nouveaux espaces de réflexion, j’aide à anticiper les problèmes, à se tenir prêt et à bâtir des scénarios alternatifs pour accueillir l’imprévu.»

 

Une question utile à poser à l’issue de cette interview est quelle est la place qu’occupe le doute dans votre vie. Et celle que vous vous voulez vraiment lui accorder.

Car le Doute est sans contexte un animal à apprivoiser pour en faire un allié dans son quotidien. Un allié est celui qui alerte, pousse, repousse des limites, crée et protège. Le Doute n’est pas nécessairement un facteur de mise en/hors tension, d’épuisement et de frein à l’action.

Comment alors apprivoiser le Doute ?

  • Connaissez-le bien : identifiez les situations, les interlocuteurs présents et les moments où il est là afin qu’il ne soit pas un passager clandestin et que vous soyez capable de le reconnaître (et de l’accueillir).
  • Considérez le comme une personne ressource qui peut vous être utile dans votre travail en découvrant par exemple les raisons de sa présence, ce dont il peut vous éloigner, ce qu’il peut vous apporter…Certaines personnes apprécient d’établir un dialogue intérieur avec lui pour avancer dans leur travail.
  • Positionnez-le dans l’espace ou sur vous de façon à, dès que vous l’avez repéré, le chasser s’il ne vous est pas utile.
  • Fixez-vous une limite dans le temps pour converser en tête à tête avec lui. Ensuite ouvrez le dialogue avec d’autres personnes pour confronter vos idées ou les tester, pour partager les informations et enfin enrichir votre perception du sujet.

 

Polymorphe le Doute ? Certes. J’aime penser le Doute non pas comme un problème mais plutôt comme une partie intégrante de ma conscience professionnelle, une sorte de fée clochette. Et vous, votre Doute, à quoi ressemble-t-il?

Interview menée et retranscrite par Philippe Martin et Magali Thoraval  avec dans le rôle de Doute, Henri Perilhou que nous remercions chaleureusement !

About the Author

magali thoravalView all posts by magali thoraval

0 Commentaire

Add comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>